Lecture en cours
Je voyage seule, à 62 ans, grâce à un réseau de « couchsurfing » pour femmes

Je voyage seule, à 62 ans, grâce à un réseau de « couchsurfing » pour femmes

Pour plusieurs voyageuses, la perspective de partir à la découverte du monde en solo peut être inconfortable… et même paralysante. Bonne nouvelle!

Je suis allée à la rencontre de Sylvie, 62 ans qui voyage en couchsurfing depuis plusieurs années! Plus qu’un moyen de se loger gratuitement, elle a pu ainsi tisser des amitiés dans plusieurs pays du monde en rencontrant des gens qui habitent les lieux que l’on visite et en étant hébergé par eux. Bon, je vais toutefois parler au féminin, car Women Welcome Women World Wide, ou plus simplement 5W, est un organisme dont les membres sont exclusivement des femmes et il s’adresse aux femmes. Sylvie nous raconte son histoire.

« Je suis membre depuis plus de 15 ans du couchsurfing ! » s’exclame Sylvie-Claire Fortin!

Cette association existe depuis 1984 et offre divers moyens de mettre en contact des femmes qui parcourent le monde. C’est génial! Parce qu’en plus de se sentir plus en sécurité, on peut contacter une ou des femmes au cours de notre périple, soit pour échanger ou se sentir moins seule et vulnérable.

Moi, j’utilise ce réseau depuis plus de 15 ans et j’ai enrichi ma vie sociale de véritables amies et des connaissances dans plusieurs pays du monde! Avec l’une d’elles, Léonie, une australienne qui habite Perth, nous avons d’ailleurs fait un pacte : faire un grand voyage ensemble tous les ans!

L’an dernier, c’était un « road trip » de Montréal à Saint John’s (Terre-Neuve) qui a duré un mois. Et, cette année, je suis allée faire un voyage en train en Australie : du sud au nord, de Adelaide à Darwin, en passant par Uluru. On a même un projet pour 2020 : le train trans-mongolien, entre Pékin et Saint-Petersbourg, puis les pays baltes! À suivre…

Léonie et moi, à Cape Spears, près de Saint John’s (Terre-Neuve)
Nous voici maintenant devant le fameux site de Uluru, dans le Outback australien.

Voyager, accueillir et tisser des liens d’amitié

En consultant le bottin de 5W, on trouve la liste de quelque 2 150 membres réparties dans 66 pays. Donc, quand on prépare son itinéraire de voyage, on peut identifier des membres qui pourront soit nous accueillir et nous héberger à la maison, soit partager un apéro ou un repas au restaurant ou chez elles ou, tout simplement, nous faire visiter la ville ou la région qu’elles habitent. Parfois, selon la disponibilité de l’hôtesse et de la voyageuse, ce sont toutes ces réponses!

Par exemple, quand je suis allée passer trois jours à Singapour en revenant d’Australie, trois membres se sont organisées, chacune leur tour, pour me faire visiter différents coins de la ville. Ça été une expérience fantastique!

J’ai découvert Singapour à bord d’un bateau touristique en compagnie de Minlie.

Amitié, partage, entraide… et gros bon sens!

Les objectifs de 5W sont simples : promouvoir l’amitié et l’entraide entre femmes intéressées au voyage. Il n’est donc pas question ici d’activités commerciales! L’hébergement en couchsurfing est offert gracieusement, tout comme l’est l’accompagnement lors de visites touristiques. Les règles qui prévalent : la courtoisie, le respect de l’autre… et, très important, le gros bon sens! Il faut être en mesure de se mettre à la place de l’autre, de comprendre ses besoins, de lui offrir le petit plus qui bonifiera son séjour. C’est comme ça que cette association enrichit l’expérience de la voyageuse et de son hôtesse. Selon leurs moyens et leurs ressources, l’invitée et l’hôtesse traitera l’autre comme une amie.

On est alors en mesure de mieux connaître les us et coutumes des gens qui vivent dans les endroits visités, de découvrir des lieux absents des guides touristiques, mais connus de leurs habitants, et très souvent, de nouer des amitiés qui dureront parfois de nombreuses années.

Moi, lorsque j’accueille une membre 5W chez moi, je lui fais visiter la ville (Montréal) en l’amenant sur le Mont-Royal, dans le Vieux-Montréal, au Jardin Botanique, au Marché Atwater, au canal Lachine, etc. Ensuite, elle est capable de mieux se repérer dans la ville et de visiter les endroits qu’elle préfère en utilisant le transport en commun.

Donner à la suivante

C’est la beauté de 5W : je perçois ce groupe comme un moyen de donner à la suivante, créant ainsi un vaste réseau d’échange international.

Par exemple, lors d’une année sabbatique prise en 2008, j’ai été accueillie par plusieurs femmes lorsque que j’ai traversé le Canada seule en voiture, de Montréal à Victoria BC. Cette année-là, j’avais aussi roulé sur la côte Ouest américaine jusqu’à San Diego, découvert l’Australie durant deux mois et, sur le chemin du retour, j’avais conduit de Los Angeles à Montréal en passant par les États-Unis. Je n’ai jamais senti que ma sécurité était menacée, et ce, grâce à l’accueil toujours chaleureux de mes hôtesses et parfois, de leur famille. J’avais le privilège de voyager seule, tout en sachant que quelqu’un m’attendait à la prochaine étape…le meilleur de deux mondes, quoi!

À Adelaide (Australie), Robin, mon hôtesse 5W, m’avait proposé d’aller passer deux jours à Kangaroo Island, une île riche en faune sauvage et en formations rocheuses comme ici, le Remarkable Rocks.

Comment ça marche le couchsurfing au féminin ?

  • Tout d’abord, il est bon de consulter le site internet de l’association : www.womenwelcomewomenworldwide.uk. Des informations sur la façon de devenir membre (il en coûte 37 livres sterling, soit environ 65 $ canadiens par année) y sont bien présentées ainsi qu’une foule de renseignements pertinents. Après avoir acquitté les frais de membership, la nouvelle membre reçoit le bottin 5W par courriel, en format PDF. À sa demande, elle peut aussi le recevoir par la poste, en format papier.
  • Le bottin contient la liste des membres inscrites par pays, leurs coordonnées ainsi qu’une brève description de leurs intérêts. On y trouve aussi des renseignements sur leur disponibilité à accueillir d’autres membres, seules ou accompagnées de leur conjoint (masculin ou féminin) et, même de leurs enfants.
  • Devenir membre de 5W permet aussi à celles qui le désirent de prendre part à des voyages de groupe organisés par des membres. Une excellente façon de tisser des réseaux et des amitiés!
  • Le site possède une section intitulée « Travel with me ». Il y a là d’intéressantes occasions de voyager avec une ou des membres de 5W dans plusieurs destinations. Évidemment, l’association possède une page Facebook ainsi qu’un groupe Google.

Do you speak English?

  • Petit détail important: l’association est anglophone. On compte cependant plusieurs membres dans des pays francophones tels que la France, la Suisse, la Belgique, le Canada et quelques pays africains. En consultant le bottin des membres, chaque femme indique les langues qu’elle parle un peu ou couramment.
  • Que ce soit pour se constituer un réseau international d’amies qui s’intéressent au voyage ou pour avoir l’occasion de découvrir de nouveaux lieux en compagnie de personnes qui y habitent, faire partie de 5W est un atout !

Merci à Sylvie-Claire Fortin d’avoir partagé son expérience

Et vous, avez-vous eu des expériences en pratiquant le couchsurfing ?

Quelle est votre réaction?
Bucket List
4
Haha
0
J'adore
7
Vraiment
2
Wouah
2
Afficher les commentaires (0)

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Défiler jusqu'en haut